Rubrique "techniques"

"L'évaluation des entreprises ne se limite pas à des formules mathématiques."

GPO Mag ,  infoDSI, publiés les 12 et 14/01/2015 : "A l'occasion de Financium, Baker Tilly France organisait une conférence conjointe avec la DFCG sur l'évolution des pratiques en matière d'évaluation d'entreprises. Christophe Velut, associé Baker Tilly France, Eric Lovisolo, président du comité scientifique de la DFCG et Laurence Branthomme, directeur financier de JC Decaux France, ont tous insisté sur l'importance grandissante de nouveaux critères d'évaluation. Les débats étaient animés par Pascal Ferron, vice-président de Baker Tilly France."

GPO MAG

« Croissance molle en Europe, mais pas de rechute dans la récession 4 questions à François Chevallier, économiste-stratégiste. »

NewsBanques.com, publié le 15/10/2011 : par Eric Vendin. : "Lors d’une récente manifestation organisée par Baker Tilly France en partenariat avec la DFCG, François Chevallier, économiste-stratégiste au sein de la Banque Leonardo, banque de gestion privée partenaire de Baker Tilly France, a analysé la crise de cet été et donné des hypothèses de croissance pour les entreprises françaises."

« Bien négocié, un contrat d'affacturage permet de financer la croissance, assure Pascal Ferron, le vice-président du réseau d'expert-comptable, Baker Tilly France. D'autant que, si on est certain de l'évolution de son chiffre d'affaires, on est sûr du montant que l'on va emprunter. »

L'Usine nouvelle, publié le 22/09/2011: par Arnaud Dumas.

"Engagement des passifs sociaux: vers davantage de transparence et de justifications"

les Echos.fr, publié le 04/08/2011: Par Pascal FERRON, Christophe VELUT et Jean-Maurice Szulewicz: Les obligations liées aux avantages postérieurs à l'emploi (engagements de retraite et assimilés) représentent dans de nombreux cas le poste le plus significatif des provisions pour risques et charges. Force est de constater que la comptabilisation de ces passifs sociaux et l'information donnée en annexe sont de plus en plus complexes.

Les Echos

"L'EIRL une nouveauté qui devra faire ses preuves"

LEntreprise.com, par Nathalie Mourlot, publié le 15/06/2010, : "Adopté par l'Assemblée nationale, puis validé par le Conseil constitutionnel, le statut de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée, qui entrera en vigueur début 2011, suscite beaucoup d'espoirs. Les points clés du projet de loi et ses limites...,"Cette formalité permet à l'entrepreneur individuel de mettre à l'abri de ses créanciers professionnels sa résidence principale, ainsi que tout bien foncier non affecté à un usage professionnel", explique Christophe Alberola, directeur juridique du réseau d'expertise comptable et de conseil Baker Tilly France. C'est un dispositif simple,...".

L'express Entreprise

"L'EIRL, une menace pour l'EURL? "

les Echos Entrepreneurs, publié le 28/04/2010: "Le législateur va adopter un nouveau régime d’entreprise, celui de « l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée » (EIRL) qui est a priori à mi-chemin entre l’entreprise individuelle et la société unipersonnelle à responsabilité limitée, plus familièrement connue sous le vocable d’EURL. De nombreuses incertitudes demeurent, ce qui ne permet pas pour l’heure de réaliser une analyse exhaustive de ce nouveau régime. Ce projet fait émerger une sémantique juridique ancienne, celle du patrimoine d’affectation, chère au droit germanique, avant-gardiste en la matière. Quelles sont les nouveautés de ce projet et le bien-fondé de cette nouvelle forme juridique ?. Par Christophe Alberolla, directeur du service juridique FIMECO Baker Tilly France.

Suivez-nous !

 

Restez informé !

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres d'actualité trimestrielles...

Top